Eugène Ionesco – « Journal en miettes »

Auteur : Ioana Mihailescu
Révisé par : Mihaela Dinu

 

Connu pour son brillant esprit ironique parsemé d’innombrables valences nihilistes, Eugène Ionesco parvient, grâce à un visionnaire étonnant, à offrir au public lecteur exactement ce qu’ il avait le plus besoin, dans la période tumultueuse du dernier siècle – cette tentative constante de trouver un sens au chaos d’absurdité causée par les deux guerres mondiales. 

À la fois inventeur du théâtre de l’absurde et promoteur convaincu de l’auto-ironie pour résister à la dureté du monde extérieur, Eugène Ionesco dévoilera sa propre tourmente sur lui-même et le monde dans les deux journaux– Journal en Fragments, Présent Passé, Passé Présent – qui servent aujourd’hui de témoignage à la postérité sur l’humanité et la simplicité de l’esprit de l’écrivain de drames absurdes.

Le lecteur a donc l’occasion de rencontrer un homme dépourvu d’arrogance et désarmé par son propre ego, comme l’auteur sera reçu après la publication, en 1934, de la critique littéraire intitulée Non, dans laquelle il adopte un ton persévérant envers le grand écrivain roumain de l’entre-deux-guerres.

Eugène Ionesco – la relation avec sa mère

Nous interagissons avec un Eugène Ionesco pris dans les passions de la vulnérabilité lorsqu’il s’agit de la relation avec sa mère, une expatriée qui clame sa haine de sa propre patrie causée par des malentendus avec son père Tout ce que j’ai fait, en quelque sorte, contre lui je l’ai fait. J’ai publié des pamphlets contre sa patrie (je ne supporte pas le mot patrie, car cela signifie le pays de mon père, mon pays était la France pour moi, simplement parce que j’ai vécu ici avec ma mère étant enfant, parce que mon pays ne pouvait être que celui où vivait ma mère.)1 – un enfant qui cherche désespérément son paradis perdu.

L’enfance est le monde du miracle ou du miraculeux, c’est comme si la création surgissait, lumineuse de la nuit, nouvelle et fraîche et étonnante. Ce n’est pas l’enfance puisque les choses ne sont plus étonnantes. Quand le monde commence à ressembler à quelque chose que vous avez déjà vu, quand vous vous y habituez, vous devenez un adulte. Le monde enchanteur, le nouveau monde devient banalité, cliché. C’est le paradis, le monde du premier jour. Être banni de l’enfance, c’est être banni du paradis, c’est être adulte.2

Ce qui sera significatif pour la vie de l’auteur, sera le sentiment permanent de pitié qu’il ressentira pour la femme – j’ai probablement été surpris de découvrir qu’il n’était qu’un pauvre enfant, désarmé, une marionnette dans les mains de mon père, et l’objet de sa persécution. Depuis, j’ai de la compassion, à tort ou à raison, pour toutes les femmes. Je me sentais coupable, j’ai pris la culpabilité de mon père. Craignant de les persécuter, je me suis laissé persécuter 3– un sentiment qui a été planté par le manque de respect de son père pour sa mère. De cette façon, la mère devient victime des agressions constantes du père.

Eugène Ionesco raconte en détail la manière espiègle dont son père l’avait abandonné lui et sa mère au retour de la guerre Parce que c’était la guerre, il ne pouvait pas correspondre avec Bucarest. Ma mère imaginait que mon père était mort sur le front comme tout le monde.

Pendant des années, la mère, qui s’était habituée à vivre avec ses petits boulots, et par négligence, n’a pas cherché à savoir ce qui lui était arrivé. Ensuite, il passe à l’action, écrit-il au ministère roumain de la Guerre, à la mairie, à la police. Non seulement il n’était pas mort, mais il venait de devenir chef de la police. Papa avait divorcé et s’était remarié avec Lola. Il avait prétendu que ma mère était à l’étranger, qu’il avait donc quitté le domicile conjugal.4

Ses confessions, bien que pleines de douleur, s’accompagnent d’un vif sentiment de résignation. Une démission qui se traduira par de multiples mépris pour le régime totalitaire, car, comme il le mentionne lui-même tout ce qui est une société fondée sur la primauté de l’homme sur la femme, tout ce qui est autoritaire me paraît être, et est, injuste5

Eugène Ionesco détestera le contrôle, car cela lui rappellera la domination à laquelle sa propre mère avait été soumise par son père, anesthésiant ainsi son ego masculin de dominer la relation. Il avouera humblement aux femmes de sa vie, préférant être une victime devant elles, plutôt que de plaider pour le rôle d’agresseur que son père avait joué auparavant dans la vie de famille.

L’impact qu’aura sur sa vie le traumatisme parental, accompagné des années mouvementées de la grande guerre, fera de lui un nihiliste qui médite sur l’idée de la mort, se réjouissant entre sa recherche et la peur qu’elle provoque – Doucement avec doucement on démêler, on part, on fond. Le reste est collecté avec les poubelles et jeté à la poubelle. Quelqu’un viendra- t-il nous rassembler, nous réunir ?6 Il se trouve doublement trompé face à la vie7, qui lui a donné à la fois le malheur de naître et le malheur de lutter pour sa subsistance.

Dans ce voyage émouvant, il dévoile de doux souvenirs de sa fin d’enfance où, comme image centrale, il a la stature de sa mère, qui, bien qu’il vienne rarement lui rendre visite à Paris, devant travailler dans une autre ville tout en vivant avec son fils, Eugène Ionesco se montre un adorateur sans bornes de l’image de celui qui lui a donné la vie, à travers laquelle il choisit d’identifier sa propre finalité existentielle.

Eugène Ionesco face à la mort

Anima mundi sera confondue pour l’artiste avec l’image dionysiaque de la mère. Du fait de son existence de sélénium dans sa vie, Eugène Ionesco comprendra, dès l’âge de 15 ans, ce que signifie affronter l’idée de la mort – La pensée que ma mère allait mourir m’a donné l’idée du temps. Le présent n’était plus, il n’y a plus pour moi depuis lors qu’un passé et un demain, un demain ressenti dès le départ comme un passé.8

Un autre problème soulevé par le journal de Ionesco, qui converge dans une osmose avec le mépris qu’il éprouvait pour le totalitarisme (voulant devenir un surhomme, l’homme qui a cultivé ce désir est devenu une hyène9), est la haine que le fondateur du théâtre absurde a qu’il catégorise cela comme dénué de sens, ressenti par une partie écrasante du peuple de son temps, pour la race juive.

Selon lui, nous avons besoin du sentiment aigu de désespoir apporté par le peuple juif afin d’aspirer un jour au salut Alors je pense que sans eux, le monde serait dur et triste. De quoi vivons-nous ? Dans l’espoir qu’un jour le monde entier changera, tout changera, et que ce sera bon et beau. Sans eux, nous ne croirions pas, nous n’espérerions pas la venue, le retour d’un Messie salvateur.10

Nous n’apprécions le bien que lorsque nous avons pu voir le côté le plus bas du mal – l’idéologie d’Eugène Ionesco semble également se résumer lorsqu’il s’agit de la signification de la race juive. Non seulement Eugène Ionesco choisit de ne pas les persécuter, mais il est encore plus compatissant et compréhensif à leur égard.

Eugène Ionesco déteste la dureté avec laquelle les gens s’entretuent par orgueil. Il voit plutôt la sagesse dans la race animale, qui, faute de raison pragmatique, est dépravée par toute trace de férocité – Les gens ne sont peut-être pas méchants. En fait, ils sont féroces. Je ne pense pas qu’aucune autre espèce animale ne se déteste autant.11

Afin de surmonter le tournant dans lequel Eugène Ionesco se trouvait, à la vue de ce drame collectif, il choisit de métamorphoser dans ses pièces, l’homme nouveau tant désiré des nazis à l’image du rhinocéros, concluant ainsi que cette espèce dépourvue de l’empathie et l’humanité ne peuvent pas vraiment représenter un acte véridique de la réalité environnante.

Eugène Ionesco remarque et est horrifié par ce désir forcé de collectivisation et d’universalité qui vise à tuer l’individualité et l’authenticité de chacun, au profit de la soumission à cette nouvelle religion inspirée de l’idéologie marxiste – Quand Michel Foucault annonce ou voit la fin de l’homme, en réalité il veut parler de la fin de l’individu.12

Loin de son pays d’âme, la France, Eugène Ionesco se sent aliéné et cherche à se restituer avec le temps et à l’occasion – Le miracle s’est produit. Au moins pour moi. Mes amis de différents ministres m’ont acheté un bon passeport avec un visa valide. Je prendrai le train demain.

Avec ma femme. Je suis comme un évadé qui s’enfuit en uniforme de garde. Je serai en France mercredi à Lyon.13

Vivant et créant à l’ère existentialiste, toute son écriture peut se traduire par une longue méditation sur les valeurs réelles que l’esprit humain peut trouver dans la réalité empirique.

Il propage l’idée de l’excès par lui-même, concluant que manger avec modération14 éveille en lui un sens de la morale difficile à atteindre et ineffable par son équilibre même. Il est un partisan de la satiété dans les boissons culinaires et alcoolisées – vous ne mangez pas pour vivre, vous mangez pour la vie ou la mort, une façon de vous tuer.15

Il avoue que les quelques moments d’euphorie qu’il s’est permis dans la vie étaient certains dans lesquels l’alcool a joué le rôle de son meilleur ami. Cependant, il condamne à plusieurs reprises la potion magique excessivement bue en raison des manques de mémoire que produit son stimulant de la dopamine.

Eugène Ionesco assume un ton de supériorité sur ses pairs, dès qu’il se rend compte que sa jeunesse est finie dès que son étonnement ne produit plus l’euphorie16. Cet ennui existentiel qui se fera sentir tout au long de son écriture sera reconnu et compris même par Eugène Ionesco lui-même, qui avoue ressentir une fatigue permanente causée par l’éternelle question – à quoi bon17

Eugène Ionesco parcourt donc son chemin existentiel en observateur distant et détaché du monde extérieur, enfant encore blessé par les souffrances de sa mère, qu’il se projette consciemment en homme et s’accuse pour elles décuplé, partisane de la paix et un grand ennemi des contre-mesures, un esprit hésitant par rapport à l’autre – d’où sa façade d’arrogance et de mépris pour ceux qui l’entourent – mais conservant sa peur constante pour l’inconnu et l’amour sans limites pour sa mère.

Ses journaux ont encore la capacité d’éveiller chez le public lecteur une sorte d’empathie fiévreuse, d’où se dégage, non pas tant cette tentative de donner une solution immédiate au tumulte intérieur, mais de rappeler au monde que les joies mêmes de la vie peuvent être volées de nous si nous ne revenons pas à temps la tête après eux.

Si vous avez aimé cet article sur Eugène Ionesco, veuillez lire ici sur Eugen Lovinescu, une figure importante de la littérature roumaine !

Sources :
  • Eugène Ionesco, Prezent trecut, Trecut Prezent, București, Ed. Humanitas, 2018, Traducere din franceză de Simona Cioculescu, Ediția a doua revăzută
  • Eugène Ionesco, Jurnal în fărâme, București, Ed. Humanitas, 1992, Traducere din franceză de Irina Bădescu
  • 1 Ionesco, Eugen, Prezent trecut, Trecut Prezent, București, Ed. Humanitas, 2018, Traducere din franceză de Simona Cioculescu, Ediția a doua revăzută, pagina 18
  • 2 Ionesco, Eugen, Ibidem
  • 3 Ionesco, Eugen, Ibidem, pagina 23
  • 4 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 110
  • 5 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 19
  • 6 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 12
  • 7 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 91
  • 8 Ionesco, Eugen, Jurnal în fărâme, București, Ed. Humanitas, 1992, Traducere de Irina Bădescu, pagina 23
  • 9 Ionesco, Eugen, Jurnal în fărâme, Idem, pagina 41
  • 10 Ionesco, Eugen, Prezent Trecut, Trecut Prezent, Idem, pagina 180
  • 11 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 84
  • 12 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 159
  • 13 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 217
  • 14 Ionesco, Eugen, Jurnal în fărâme, Idem, pagina 70
  • 15 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 73
  • 16 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 53
  • 17 Ionesco, Eugen, Idem, pagina 25 

Loading

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.