Le 18 octobre 1541, Margaret Tudor, la reine anglaise d’Écosse, est décédée

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
margaret tudor, margareta tudor
Flickr.com

Alphonse de Lamartine a dit un jour: « Au commencement de toutes les grandes choses est une femme ».  Dans une société patriarcale et hostile, Margaret Tudor a réussi à se montrer forte en utilisant les armes intérieures : compétence, force de sacrifice, confiance en soi, connaissance et amour.

L’une des dynasties les plus emblématiques de l’histoire de l’Angleterre et même de l’histoire des monarchies mondiales a été la Maison Tudor. Le roi Henri VIII est connu pour la tyrannie avec laquelle il dirigea l’Angleterre au XVIIIe siècle, mais aussi pour les nombreuses femmes dont il fut entouré pendant son règne. Il  avait deux sœurs qui ont survécu à la naissance et six épouses, un nombre qui serait considéré bizarre encore aujourd’hui. Le seul but d’une femme noble au Moyen-Âge était de créer une alliance entre deux familles influentes et de produire des enfants. La femme idéale de cette époque-là était docile, fertile et obéissante.

Mais comment les femmes « derrière le rideau » pouvaient-elles influencer l’histoire d’une époque où  l’autorité absolue était concentrée dans les mains d’un représentant masculin ?

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de The Tudor Age (@tudorage_1973)

La personnalité énigmatique de Margaret Tudor

Margaret Tudor (28 novembre 1489 – 18 octobre 1541) était la première fille du roi Henri VII d’Angleterre et d’Élisabeth d’York et la sœur aînée du roi Henri VIII d’Angleterre. La princesse anglaise est une figure un peu louche de l’histoire de l’Angleterre, même si l’objectif central de sa vie politique – en plus d’assurer sa propre survie – était d’amener une meilleure compréhension entre l’Angleterre et l’Écosse, une position qu’elle a détenue dans les moments difficiles.

 À seulement 13 ans, elle est devenue un pion dans les jeux de pouvoir des  hommes, étant envoyée en Écosse pour épouser un homme beaucoup plus âgé qui avait déjà plusieurs enfants issus de relations extraconjugales. Margaret Tudor s’est avérée être n’import quoi, sauf  une femme faible et soumise. Après la mort de son père, son frère est monté sur le trône d’Angleterre et il lui a dit que la seule façon dont elle obtiendrait la partie de l’argent restant dans le testament était si elle n’interférait pas avec sa police de conquête de la France (avec laquelle l’Ecosse était  alliée), c’est-à-dire en trahissant son mari et son pays.

Après avoir perdu son mari lors de la bataille de Flodden, elle est tombée amoureuse du comte Douglas. Cependant, un détail laissé par feu le roi écossais dans son testament a compliqué beaucoup sa vie : elle serait restée régente d’Écosse jusqu’à ce que son fils mûrisse seulement si elle restait veuve.

Les choix étaient clairs: garder la couronne et abandonner l’amour ou tout perdre au nom de l’amour. Les Écossais détestaient ses origines anglaises et bien sûr, le fait qu’une femme a maintenant un rang plus élevé qu’eux. Quand Margaret a épousé Douglas, elle a perdu la Couronne  déjà menacée et cet homme se révéla être le contraire de celui qu’elle avait marié. La goutte qui a fait déborder le vase est quand le duc d’Albany a pris ses fils, James et Alexander. Le peuple écossais voulait le duc d’Albany au pouvoir.

L’épreuve endurée par Margaret Tudor

Abandonnée, affligée et enceinte de son deuxième mari, qui ne l’utilisait qu’à des fins personnelles, la jeune reine retourna en Angleterre pour demander le soutien de son frère, Henri. Bien qu’elle ait eu une fille en bonne santé, Margaret Tudor a appris que son fils Alexander est décédé avant l’âge de 2 ans. De retour en Ecosse, Margaret Tudor retrouve son mari installé dans le château avec sa maîtresse et son enfant illégitime, en vivant de son argent. Tous ces événements traumatisants de  sa vie ne l’ont pas fait abandonner et accepter son destin hostile, mais ils l’ont exhortée à commencer un mouvement méprisable à ce moment-là : le divorce.

Je suis très troublée par mon Seigneur Angus depuis ma dernière visite en Écosse et chaque jour de plus en plus, de sorte que je n’ai pas été ensemble au cours de cette demi-année… Je suis tellement en colère que je peux, par la loi de Dieu et à mon honneur, me séparer de lui, parce qu’il ne m’aime pas, comme il me le montre tous les jours. 

Un divorce était difficile à obtenir à l’époque, peu importe combien de raisons elle avait pour sa cause, si bien que la jeune Margaret Tudor était fatiguée d’être traitée comme un objet fragile et insignifiant. Elle a conçu un plan ingénieux pour se débarrasser de son horrible mari.
Après que le Parlement lui ait accordé tous ses droits, elle s’est secrètement alliée à Albany et a « salué » son mari d’une manière spéciale à l’entrée d’Édimbourg: elle a ordonné que le canon soit tiré à la fois du château et de la maison. Albany et ses acolytes ont été contraints de se retirer.

Lorsque les deux ambassadeurs anglais présents à la cour, Thomas Magnus et Roger Radclyff, ont dit qu’elle ne devait pas attaquer son mari légitime, elle a répondu avec colère en leur disant de « rentrer chez eux et de ne pas s’immiscer dans les affaires écossaises ». Finalement, son fils James est devenu le roi d’Écosse James V et sa fille est devenue Marie, reine d’Écosse. En mars 1527, le pape Clément VII lui accorda le divorce malgré les protestations du cardinal Wolsey qui déclara que le mariage était «ordonné par Dieu» et elle s’est mariée avec Henri Stewart pour la troisième et  dernière fois.

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de the most happy♡ (@lqdyboleyn)

Une femme impressionnante

Margaret Tudor était l’exemple parfait d’une femme déterminée, pleine de ressources et d’une force intérieure extrêmement impressionnante pour n’importe quelle période historique. Étant un objet d’échange et un pion dans les projets des hommes, elle a consacré sa vie à tenter d’apporter la  prospérité et la  paix entre les deux nations,  pendant qu’elle  cherchait sur le plan personnel  ce que chaque femme cherche d’aujourd’hui : l’amour et la compréhension. Une représentation pleine d’humanité et de charisme de cette personnalité historique peut être trouvée dans la série The Spanish Princess (2019-2020), où la reine écossaise jouée par Georgie Henley apparaît dans les deux saisons.

Si vous aimez lire sur des personnalités emblématiques de l’histoire, jetez un coup d’œil à l’article : Cléopâtre (69 -12 août 30 av. J.-C.) – la reine fascinante d’Égypte.

Sources :

 110 total views,  4 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *