485 ans depuis la mort d’Anne Boleyn, la célèbre reine qui a changé l’Angleterre pour toujours

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Anna Bolena, Ana Bolena
The Tudors - Anne's Coronation © Nosferatu, YouTube

Il n’y avait pas de nom plus aimé, craint, envié, haï, détesté, controversé que celui d’Anne Boleyn, la reine d’Angleterre entre 1533 et 1536.  La jeune héroïne romantique a joué un rôle crucial au cœur du plus grand bouleversement culturel de l’histoire européenne, mais qui a été cette personnalité emblématique qui a amené le changement social, politique et religieux en Angleterre ? 

Bien qu’elle fût la deuxième épouse d’Henri VIII, elle fut la première à bien des égards: la première femme qui a provoqué un divorce dans la monarchie anglaise (entre Henri et sa première épouse, Catherine d’Aragon), la première reine d’Angleterre couronnée de la couronne de St. Édouard (qui jusque-là n’avait servi qu’à couronner des monarques), la première femme d’importance dans le royaume en épousant Henri et la première reine d’Angleterre à être décapitée.

De nombreux livres ont été écrits sur ses idées, son modernisme, son courage et son pouvoir, et elle a été immortalisée dans des films et des séries tels que The Tudors, The Other Boleyn Girl, Wolf Hall, Henry VIII and His Six Wives, malgré les efforts d’Henri VIII pour la sortir de l’histoire.  

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de 𝓛 𝓾 𝓬 𝔂 🐸 (@parrs.soul)

Anne Boleyn et Henri VIII : des liaisons dangereuses

 Sa scolarité auprès de certaines des femmes les plus influentes du siècle lui a donné le courage et la détermination d’être une femme forte (reine Claude d’Angleterre, Marguerite d’Angoulême, fille du duc Louise de Savoie, reine Marie Tudor de France, reine Catherine d’Aragon ). La sœur d’Anne, Marie Boleyn, était la maîtresse du roi Henri VIII, de sorte que la famille Boleyn a commencé à mener une vie plus agréable et confortable. Bien que Marie fût considérée comme la sœur la plus séduisante, elle n’est restée pas longtemps la faiblesse du roi d’Angleterre.

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de Free Range Tudors! (@tudorsunleashed)

Le tournant est le 4 mars 1522, lorsque Anne Boleyn fait ses débuts à la cour du roi Henri VIII dans le rôle de Persévérance dans la pièce de Château Vert (Green Castle) pour les ambassadeurs impériaux. Bien que sa beauté extérieure ne corresponde pas aux normes féminines de Tudors: les yeux bleus, les cheveux blonds, la peau claire, les yeux pénétrants, l’esprit vif et la confiance en soi ont irrémédiablement charmé Henri et ils ont changé le visage de l’Angleterre pour toujours.

There’s something deep and dangerous in you, Anne. Those eyes of yours are like dark hooks for the soul. – The Tudors

Ambitieuse calculatrice ou victime innocente ?

Plusieurs historiens ne sont toujours pas d’accord sur les intentions véritables de cette reine, que ses sentiments pour Henri viennent de l’amour ou que c’était juste un jeu de séduction pour aider sa famille à gravir les échelons sociaux. Cependant, en considérant que la plupart des choses négatives qui ont été dites à son sujet se sont révélées fausses : adultère, inceste, sorcellerie, déformation (6 doigts, corps plein de taupes- considérés comme des signes diaboliques à l’époque), sa tentative d’échapper aux avances d’un roi marié connu pour son infidélité (même avec sa sœur, appelée plus tard la « grande prostituée ») pourrait être prouvée comme un simple acte de protection de la dignité et de la vertu féminines.

Les efforts d’Henri pour retirer la première épouse du trône et faire Anne reine pourraient être capturés dans la lignée du film The Other Boleyn Girl (2008) : « J’ai  détruit ce pays pour TOI . » Ces actions, sans précédent en Europe, représentent le début de la rupture de l’Angleterre avec le Vatican. Le pape Clément VII refuse avec véhémence l’annulation du mariage, alors Anne conseille à Henri de rompre les liaisons avec Rome et de créer sa propre Église, l’Église d’Angleterre, car le roi est oint de Dieu et son pouvoir est absolu.

Il pouvait donc obtenir une annulation de mariage par lui-même . La marquise de Pembroke est devenue la femme d’Henri le 25 janvier 1533 et le 1er juin 1533, après que le premier mariage fut déclaré invalide à Catherine, elle est devenue aussi la dernière épouse d’un monarque, couronnée séparément de son mari. Elle avait été la maîtresse d’Henri, elle est devenue sa reine, et à 29 ans, elle a été sa victime.

La chute brutale d’Anne Boleyn

Le début de la fin est la naissance le 7 septembre 1533 du premier enfant du couple royal, qui n’était pas le garçon promis et désiré, mais une fille, la future reine Élisabeth I. La raison principale de son divorce d’avec Catherine d’Aragon a été son incapacité de donner à Henri un héritier masculin, ce qu’Anne avait promis et après deux fausses couches, elle n’a pas eu l’occasion de lui en offrir un.

Sans le soutien inconditionnel d’Henri, qui est devenu frustré et ennuyé avec elle, Anne Boleyn n’était aimée de personne : ni du peuple, qui l’appelait souvent la putain du roi ou la coquine prostituée, ni par la cour royale. Le divorce de Catherine signifiait pour le peuple la perte d’une reine fidèle et magnanime au détriment d’une « prostituée » sans scrupules, alliée au diable, qui a apporté le protestantisme en Angleterre.

La femme énergique, forte et charismatique était devenue incertaine, moquée et détestée par tous . L’amour fort qui ne connaissait aucun obstacle entre elle et le roi a été remplacé par des mensonges, des trahisons et enfin, par le geste le plus cruel fait par n’importe quel roi d’Angleterre à sa femme: la condamnation de perdre la tête sur l’échafaud. Cela contredit sa devise qui était « La plus heureuse ».

Henri VIII : Have I made you unhappy?

Anne Boleyn: I will only be unhappy if you ever stopped loving me. – The Tudors

Alors que son amour et sa dévotion envers Henri grandissaient, en voulant le rendre heureux en lui donnant son fils rêvé depuis longtemps, il avait déjà rencontré sa future reine (Jane Seymour) et cherchait le plan idéal pour retirer Anne du paysage.

La vérité non-dite sur Anne Boleyn

Une telle jeune femme qui a enduré de nombreux obstacles au nom de l’amour, en ressemblant à aucune épouse d’Henri, n’a jamais baissé sa tête humblement au manque de respect. Quelle que soit la cause, Anne soutenait fortement ses idées dans un monde où la femme devait être obéissante et soumise et c’est une chose pour laquelle elle serait appréciée de nos jours, mais qui à l’époque lui a coûté, entre autres, la vie.

Bien que son mari ait été celui qui a trompé ses femmes d’innombrables fois, ignoré ses filles, torturé, détruit les destins, Anne est celle qui est diabolisée dans l’histoire pour sa force de caractère, même si elle a toujours été fidèle à Henri et qu’elle voulait le meilleur pour lui.

Après des siècles où la femme la plus célèbre du XVIe siècle a été dépeinte dans les livres d’histoire comme manipulatrice, sorcière, matérialiste, le nouveau livre de Hayley Nolan, « Anne Boleyn : 500 ans de mensonges » provoque les sources conventionnelles souvent utilisées pour explorer la vie de Boleyn tout en mettant en évidence les efforts humanitaires, religieux et politiques de la reine.

Deux mois avant son exécution, Boleyn a participé à l’adoption d’une législation nationale appelée La loi de la pauvreté, qui stipulait que les fonctionnaires locaux devraient trouver du travail pour les chômeurs. La loi appelait à la création d’un nouveau conseil d’administration pour rivaliser avec celui de Cromwell.

« Elle n’était pas une brute impitoyable ou une séductrice; elle était en fait une politicienne décédée pour avoir promu cette loi radicale contre la pauvreté par le parlement. « Alors que la création de la loi a longtemps été attribuée à Cromwell, l’implication de Boleyn a été reconnue dans le cadre du Royaume-Uni  « Parliament Week  » en novembre 2019.

« Her story is more relevant now than ever before, because she was a politician who was taken down », dit Nolan. « This is still happening, and this is why we need to learn what really happened in order to make sure that history never repeats itself ever again. »

La mort d’une reine, le début d’une légende

Le destin de l’Angleterre est lié au destin tragique d’Anne Boleyn, qui prend fin le 19 mai 1536. Emprisonnée à la Tour de Londres le 2 mai 1536 pour adultère et trahison et exécutée le 19 mai au même endroit par décapitation, Anne Boleyn prononce avec miséricorde ses derniers mots au peuple anglais.

Se préparant à l’exécution, la soi-disant Anne des mille jours  a dit :  « J’ai vécu comme une reine et je meurs comme une reine  (…) ! »  Anne Boleyn était l’une des personnalités féminines les plus considérables et influentes du 16e siècle, étant élevée du statut de simple maîtresse à reine d’Angleterre. Elle a été récompensée par l’amour, la richesse, l’influence, la gloire et plus tard le pouvoir, pour tout perdre dans un instant.

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de Kate (@katharinethequene)

Bon peuple chrétien, je suis venue ici pour mourir, parce que selon la loi et par la loi je dois mourir, alors je ne parlerai pas contre. Si j’ai été amenée à cette fin par la volonté de Dieu, je ne suis ici pour accuser personne, ou pour parler de ce dont je suis accusée et condamnée à mort, mais je prie Dieu pour sauver le roi et pour qu’Il lui accorde un long règne, car jamais il n’y eut de prince plus doux et clément, et, pour moi, il a toujours été un bon et doux souverain.

Et si une personne s’intéresse à ma cause, je lui demande de juger pour le mieux. Sur ce, je prends mon congé du monde et de vous tous, et je vous demande du fond du cœur de prier pour moi. (chroniques-histoire.com) 

Après avoir lu cet article, voyez ici l’histoire d’une autre héroïne religieuse : Jeanne d’Arc !

Sources :

Anne Boleyn Anne Boleyn  Anne Boleyn Anne Boleyn 

 1,634 total views,  1 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *