Fast Fashion – un domaine qui détruit notre planète

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
fast fashion
Photo: Pixabay.com

Traduction : Denisa-Roxana Epure

Fast Fashion (mode rapide) est une méthode de commercialisation par laquelle un grand nombre de produits sont fabriqués en peu de temps et à un prix très bas. Les grandes marques comme Zara, Bershka, Mango, Pull&Bear, Forever 21, H&M, Asos, GAP, etc. utilisent cette stratégie. On lance des vêtements chic qui soient « à la mode » autant que possible et qui nous donnent la possibilité de nous habiller de la même façon que nos célébrités préférées.

Toutes ces marques commercialisent environ 20 collections par an. Ce nombre est excessivement élevé, car à chaque collection, nous nous entassons dans les magasins. La stratégie de la mode rapide est de faire en sorte que les gens achètent beaucoup, pensant que c’est la seule occasion d’acheter leurs produits préférés de cette collection. Ainsi, un grand nombre de vêtements est acheté et en même temps une partie d’entre eux jamais portée, selon les amateurs de shopping.

En additionnant le nombre de pièces jetées par les sociétés productrices elles-mêmes et celles jetées par les acheteurs, nous atteignons 14 millions de tonnes de vêtements jetés dans le monde chaque année. Ce nombre a fortement augmenté et doublé au cours des 20 dernières années. Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous présente cette information et en quoi elle vous est utile ? 

Je vais développer le thème de la mode rapide pour vous informer sur l’impact de cette industrie et comment nous pouvons l’empêcher.

Quel impact la Fast Fashion a-t-elle sur notre monde ?

L’industrie de la mode est la deuxième en importance parmi les industries les plus polluantes. L’impact de la mode rapide sur la planète est énorme.

1. Pollution de l’eau

Dans la plupart des pays où il y a des usines de grandes marques, l’eau utilisée, pleine de produits chimiques, est jetée dans les rivières avec lesquelles les populations locales maintiennent leurs besoins quotidiens. Étant dans des endroits pauvres, ils ne peuvent pas se permettre une autre source d’eau, et en raison de son utilisation, les gens ont commencé à développer divers troubles dermatologiques, de sorte que le taux de vie diminue chaque année. 

Ci-dessous, un documentaire sur le fleuve le plus pollué du monde, le Citarum.

Outre le peuple, les êtres vivants des fleuves sont également touchés. L’augmentation du niveau de produits chimiques signifie qu’une grande quantité de CO2 dans l’eau diminuera, et ce n’est pas un environnement favorable aux créatures des rivières. Mais ce n’est pas seulement cette eau qui est affectée. 700.000 microfibres d’un manteau de polyester vont aux océans. Ils sont avalés par différents poissons et, en même temps, ils atteignent la frontière de la disparition d’innombrables espèces d’animaux aquatiques.

  •         190.000 tonnes de fibres microplastiques arrivent dans l’océan chaque année;
  •         20% de l’eau polluée provient des traitements pour les textiles.    

2. Consommation excessive d’eau

L’exemple le plus réel que je peux donner pour comprendre cet effet est la disparition de la mer d’Aral. C’était un cauchemar écologique pour les populations locales, mais aussi pour le monde entier. Comment la quatrième plus grande mer du monde a-t-elle réussi à être drainée ? Réponse : Consommation excessive d’eau.

Les habitants s’occupent principalement de la culture et de la transformation du coton. Le coût de la production est d’une quantité inimaginable d’eau. Le traitement du matériel est devenu le « travail » prédominant des locaux, qui doivent gagner leur vie. Ils ont été attirés par l’industrie de la mode rapide, travaillant pour une très petite somme d’argent et, en même temps, sacrifiant leurs terres. En utilisant leur seule grande source d’eau, la mer d’Aral, il y a eu un désastre qui a choqué toute la planète.

Je vous lance le défi de prendre une paire de jeans dans votre placard, je suis sûre que cet article de vêtement ne manque à personne dans la garde-robe. Maintenant, répondez à la question : Combien de litres d’eau pensez-vous qu’on a utilisés pour produire le coton utilisé à la confection de cette paire de jeans? 10 litres, 800 litres, 2000 litres? Certainement pas ! La réponse est environ 10.800 litres d’eau ou la quantité d’eau qu’une personne boit en 25 ans. Incroyable, n’est-ce pas ?

La journaliste Stacey Dooley a fait une expérience sociale similaire à celle que je vous ai présentée ci-dessus. Dans la vidéo ci-dessous vous pourrez voir la réaction de plusieurs personnes.

  •         1,5 billion d’eau est utilisée chaque année dans l’industrie de la mode;
  •         2,6% de l’eau propre de la planète est utilisée pour produire du coton;
  •         750 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable.

 3. Dépendance aux produits chimiques

Les produits chimiques sont quelques-uns des composants les plus importants de nos vêtements. L’utilisation excessive des produits chimiques dans la culture du coton entraîne des maladies agressives, parfois mortelles pour les agriculteurs, ainsi qu’une pollution massive de l’eau et une dégradation des sols. Non seulement ceux qui travaillent dans le domaine des produits chimiques sont exposés aux dangers de la maladie, mais nous, les acheteurs, aussi. La peau est le plus grand organe humain, et absorbe tout ce que nous y mettons, y compris les produits chimiques de nos vêtements.

Cependant, nous pouvons voir « 100% naturel » sur l’étiquette des vêtements. Si nous pensons logiquement, quelque chose qui appartient à la mode rapide, vendu à un prix si bas, dans un temps très court et produit par l’utilisation des produits chimiques, nous devrions sûrement être dans le doute.

  •         23% de tous les produits chimiques produits dans le monde sont utilisés dans l’industrie textile;
  •         20000 personnes meurent chaque année du cancer causé par les produits chimiques utilisés pour mouiller le coton;
  •         La production de coton représente 24% des insecticides et 11% des pesticides dans le monde.

Qui sont ceux qui produisent des vêtements dans l’industrie de Fast Fashion ?

La plupart de nos vêtements sont fabriqués dans des pays comme la Chine, l’Inde, le Bangladesh, où les droits des travailleurs sont limités, voire inexistants. Les grandes marques disent souvent, « Ces gens devraient être satisfaits de ce travail, c’est mieux que rien » ou « Au moins nous leur avons donné un travail ». Il est également juste de mentionner que ces marques profitent de la situation précaire de la population qui n’a pas le choix et doit travailler pour n’importe quel salaire, peu importe les conditions défavorables.

Les travailleurs de cette industrie travaillent 14 ou 16 heures par jour, toute la semaine, pour un dollar par jour. Vous pouvez le trouver irréel, mais c’est la vérité, c’est la Fast Fashion. Les employés travaillent sans ventilation, inhalant des substances toxiques, des fibres de plastique et travaillant dans des bâtiments instables. L’effondrement du bâtiment du Rana Plaza en 2013, qui a tué 1134 personnes à Dhaka, au Bangladesh, a été la catastrophe qui a choqué le monde entier et a dévoilé les conditions inacceptables dans lesquelles les employés travaillent. Ce n’est pas le seul accident à avoir eu lieu dans les usines de vêtements.

En quelques paragraphes, j’ai essayé de résumer les difficultés que ces gens doivent surmonter chaque jour pour gagner leur vie, mais leur douleur est beaucoup plus grande, ils se sentent impuissants, oubliés et regardent leurs proches mourir sans que personne en prenne soin. 

Nouvelles solutions contre la Fast Fashion

J’espère avoir réussi à attirer votre attention sur ce sujet extrêmement délicat et sur lequel nous devons nous pencher pour apporter un changement. De nouvelles marques apparaissent sur le marché sous le nom de « Sustainable brands ». Ces marques favorisent le changement de produits et le système de mode vers une intégrité environnementale et une justice sociale élevées.

La seule chance de changer l’industrie de Fast Fashion et de réussir à sauver notre planète est notre implication, nous tous, en partageant des publications en ligne, en nous informant autant que possible, en parlant aux autres autour de nous sur le sujet et en essayant de trouver autant de solutions que possible.

Je vous invite à aller sur ce lien afin que vous puissiez voir le documentaire « True cost », qui vous explique la Fast Fashion de manière détaillée. 

Éviter la Fast Fashion n’est pas la seule solution pour sauver la planete. Voyez ici quelques conseils à garder à l’esprit pour protéger la nature !

fast fashion fast fashion fast fashion

 429 total views,  2 views today

1 thought on “Fast Fashion – un domaine qui détruit notre planète”

  1. Il aurait été bien d’ajouter la pollution due à la gestion des invendus et des articles textiles avec un défaut de fabrication.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *