L’éventail – 3 des plus célèbres histoires

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
éventail, evantaiul, abanico
pixabay.com

Traduction :

La légende pleine d’histoire de l’éventail  se perd dans les brumes du temps avant le Christ. Même si cet objet fait référence à la Chine, quand il s’agit de son origine, les avis sont divisées. Après les archéologues, on dit qu’il y a des épreuves  que celui-ci a été utilisé dans la Grèce Antique au IVe siècle avant Jésus-Christ. Aussi, on a trouvé quelques éventails en or aussi dans la tombe de l’enfant du pharaon Toutankhamon.

Voyageons ensemble sur les traces de l’histoire et découvrons la beauté du plus commun objet d’art du monde entier.

1. L’éventail chinois

Le premier éventail chinois conservé date du 3e siècle avant Jésus-Christ. Les premiers ont été fixés, puis ils sont apparus dans la version pliable. Leur fabrication a évolué au fil du temps, en étant réalisés de divers matériaux tels que : bambou, bois, papier, soie, ivoire, plumes, pierres précieuses et perles. L’art décoratif qui se retrouve sur ceux-cį est représenté par des dessins illustrant des eaux qui coulent, des collines, des fleurs, des oiseaux et des personnages féminins spécifiques à la culture chinoise.

Initialement, cet objet marquait la différence entre les classes sociales en fonction des matériaux qui le composaient. Plus tard, ceux fabriqués en pappus et en bambou ont été également utilisés par les gens du peuple. Les moines et même Bouddha l’utilisaient lors des cérémonies religieuses.

En Chine, la danse de l’éventail met en scène des légendes et des scènes de l’histoire.

2. L’éventail japonais

Au Japon, les éventails ont été découverts au VI-e siècle sur des peintures funéraires. C’est ici aussi qu’on a  inventé le éventail pliable. Les premiers types d’éventails étaient : le hirogi (en bois de cyprès, relié par un fil) et le kawahori-ogi (en papier plié).

En exceptant l’usage pour  lequel il a été réalisé (refroidissement et dans le cadre des cérémonies religieuses), au Japon, il a été utilisé comme une arme dans les combats entre les samouraïs. Il était aussi utilisé pour envoyer des signaux aux troupes sur le champ de bataille. L’éventail tessen (de bataille) était semblable à l’éventail classique, mais il était confectionné en fer.

En Chine, au Japon et en Corée, cet art est un prix important pour les étudiants disciplinés.

Autour de ce bel objet s’est épanouie une véritable culture. La danse avec l’éventail est un art ancien dans la culture japonaise, t étant repris plus tard par d’autres peuples aussi. En fonction de l’importance de l’événement, on l’utilise dans différentes couleurs.

Certains sont très gracieux,  comme les éventails de la Corée que les femmes  utilisent dans des dimensions très grandes afin d’imiter certaines formes. Aussi, cet objet d’art on le retrouve plus tard dans les cabarets européens et américains. En Espagne, on l’utilise dans la danse populaire du flamenco et il est connu  pour ses inserts en dentelle. La danse  flamenco est  représentée en utilisant  un grand éventail ou deux plus petits.

3. L’ éventail en Europe

En Europe, cet objet a été apporté plus tard par les chevaliers croisés au Moyen-Orient aux XIIe et XIVe siècles. Au XIXe siècle, les dames de la haute société lui ont attribué un autre  usage, en l’utilisant comme un moyen de communication non verbale pour envoyer des messages aux amoureux , mais aussi comme un accessoire. C’était un code secret qui se transmettait par celui-ci.

La sensible et talentueuse poète Iulia Hasdeu a dédié un poème à ce merveilleux objet, en le décrivant et en révélant les secrets des dames de XIXe siècle.

 

C’est un petit joueur de l’âge des marquis,

La poignée est confectionnée en or et en agate ;

La palette en soie avec des lignes délicates

Sur des seins d’albâtre, beaux, il a miroité 

……………………………………..

Ah, si l’éventail,  qu’il a tout vu,

Bavardait, quelles histoires il raconterait !

Tant de fois, il a été le conseiller secret de l’amour,

Dans un boudoir rempli de marquis et de leur monde

 

C’est intéressant comment cet objet d’art si fragile avec un parcours si long continue de fasciner même aujourd’hui, peu importe la manière dont il est utilisé : comme accessoire, objet rafraîchissant, décoration murale ou bien utilisé dans les danses.

Vous pouvez également lire cet article en:

Sources:

 768 total views,  14 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *