Nicolae Filimon – auteur du premier roman réussi

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Nicolae Filimon
Capture de la vidéo Viata si opera - Nicolae Filimon sur la chaîne YouTube « Viata si Opera »

Écrit par : Andreea-Iulia Ungheanu

« Un Balzac errant à Bucarest » comme l’appelle également Mihai Zamfir dans « Brève histoire : Panorama alternatif de la littérature roumaine », Nicolae Filimon reste le premier écrivain à s’immiscer dans la littérature roumaine et celui qui a ouvert la voie à de futurs romans. Il est considéré comme un Balzac de Bucarest grâce aux descriptions extrêmement détaillées des bâtiments et des rues dans son propre roman. 

 

Nous rencontrons l’écrivain en pleine romance où l’ego créateur reste presque une condition d’existence, mais il refuse ce principe et choisit une voie où la modestie, le sentiment d’infériorité et de se mettre dans un deuxième cadre ont été les pièces essentielles dans ce plan de la littérature, de la prose. 

1. Le monde  littéraire est un monde inconnu de l’écrivain

Nicolae Filimon n’a jamais eu de tangentes avec le monde littéraire, il a préféré ne pas rester en contact avec les autres écrivains. On le voit à l’âge de dix ans chanteur à l’église Enii, et en 1852 il  devient le marguillier de l’église, fonction qu’il garde jusqu’à la mort. Il était aussi greffier. Le périmètre dans lequel il exercera ses activités s’étendait sur un rayon ne dépassant pas un kilomètre ou deux : l’église d’Enei, le Sauteur, les Chaises, le Pont du Mogossi, saint George-Nouveau, les Lipscans et le bidonville Lucaci. Par rapport à Anton Pann, on voit un écrivain sédentaire. 

2. « L’excursion en Allemagne méridionale » – mémoires de voyage recueillis dans son premier volume

Une première tentative de sortie du bidonville du monde de Bucarest est à l’âge de 40 ans, l’âge auquel il décide de prendre le stylo dans sa main et de peindre ses vues sur la musique sous forme de chroniques musicales, et sa performance en décembre 1857, dans le journal National de Vasile Boerescu. 

À l’été 1858, à quelques mois de l’événement précédent, notre Balzac sort physiquement pour la première et la dernière fois du périmètre de l’ancien Bucarest. Un court voyage à travers l’Europe lui a fait sentir qu’il devait mettre l’événement sur papier sous forme de mémoires, qui sont apparus dans « Le National », pour le publier ensuite dans un volume séparé, intitulé « L’Escroïde en Allemagne du bien », mais qui n’aura pas le même écho que le roman à venir.              

Après cet événement, il retourne dans le bidonville d’Enei qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort en 1865. 

3. « Parvenus anciens et nouveaux» – son roman unique et important, un roman écrit en six mois

Nicolae Filimon a eu le courage d’abandonner la prose contemporaine comme source d’inspiration et de revenir à la prose historique, la prose promue par les premiers pasoptistes. Le roman est sous le signe d’une catégorie sociale-morale répugnante, mais les tentatives de l’auteur de trouver la source pendant le temps dont il faisait partie ont échoué. Ainsi, il fait appel aux anciens documents en qualité de fonctionnaire à la Commission documentaire en 1859, puis aux archives de l’État.

Il s’agit d’un premier roman dans lequel l’auteur tente de reconstituer un monde lointain, mais qui conserve néanmoins la distance historique entre le moment de l’époque et le présent. L’auteur écrira son travail dans six mois, probablement de 1861 à 1862, parallèlement à ses chroniques dramatiques aux auteurs roumains. L’époque sur laquelle le roman a ses racines est l’ère phanariote et le lieu du déroulement du fil épique est Bucarest.

Les personnages qui donnent vie à ce roman sont : Dinu Păturică, le personnage principal avec un fort désir de s’enrichir, Andronache Tuzluc, personnage de soutien, sénéchal dans la suite du souverain de Caragea, Chera Duduca, maîtresse de Tuzluc et allié de Dinu Păturică dans la perpétration des actes illégaux, Ghinea Păturică, père du personnage principal, Chir Costea Chiorul, l’intermediaire de Dinu et de la Duduca, Gheorghe Caragea, monsieur phanariot, Grigore Ghica, prince de Valachie, Gheorghe, contremaître de cour, Banul C et Maria, sa fille.

Le triangle amoureux entre Dinu Păturică, Chera Duduca, Andronache Tuzluc chevauche des événements historiques précis : le règne de Caragea, la fuite de Caragea, le règne d’Alexandre Şuţu, l’Eteria, la Révolution Tudor Vladimirescu, la chute de « M. Tudor », l’étouffement de l’Eterie, l’arrivée sur le trône de Grégoire Ghica. 

Nicolae Filimon meurt le 19 mars 1865, d’une ftizie.

Ion Ghica lui fait un portrait dans une de ses Lettres et nous apprenons que : « Ceux qui le connaissaient perdaient un ami sincère, loyal, en service, toujours joyeux. Toujours satisfait du peu qu’il gagnait par son travail et son talent; caractère indépendant, il n’a jamais été sacrifié à personne; la haine et le mépris du manque de dignité et de flatterie; modeste jusqu’à rougir en entendant des éloges pour ses écrits, il n’a jamais soupçonné qu’il était un écrivain de grand talent. La littérature a perdu en lui l’un de ses lucefers » .                                   

Le Balzac du vieux Bucarest, Nicolae Filimon est resté dans la littérature comme le premier écrivain à concevoir un roman entièrement réussi et en si peu de temps. 

À lire aussi : Marguerite Yourcenar et son ouvrage unique sur ses rêves

Nicolae Filimon Nicolae Filimon  Nicolae Filimon     Nicolae Filimon  Nicolae Filimon                           

 504 total views,  4 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *