L’art du maquillage au fil de 7 époques

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
machiaj, maquilhagem
Pixabay.com

Traduction: Emanuela Crăciun

Depuis son apparition sur Terre, l’homme est de plus en plus préoccupé par son apparence. L’art du maquillage et des produits utilisés a évolué en même temps que le développement humain. Il y a 2000 ans, l’empereur et philosophe romain, Marc Aurèle, faisait une remarque sur l’aspect extérieur de l’homme : « Sa meilleure lettre de recommandation. »

Au début, le maquillage était réalisé dans le cadre de certains rituels, et plus tard, on lui a attribué une fonction esthétique. Remontons dans le temps et analysons l’art du maquillage en 7 étapes de l’histoire.

1. L’Égypte antique

L’utilisation des cosmétiques trouve son origine dans l’Égypte antique. De nombreuses recettes cosmétiques ont été découvertes inscrites sur les murs des temples. Également, dans les tombes antiques, des pots avec des produits cosmétiques et leurs applicateurs ont été trouvés. Dans la culture égyptienne, on croyait que le maquillage avait des pouvoirs magiques et de guérison.

Les vêtements, ainsi que le maquillage, montraient le statut social d’une personne. Les Égyptiens utilisaient le khôl pour noircir les yeux, pour le visage de la peinture végétale, et leurs ongles peints au henné. Quand il s’agissait de lisser le teint, ils utilisaient des masques préparés à partir d’un mélange d’urine et de boue. Pour réaliser le célèbre œil égyptien, les femmes utilisaient la couleur vert malahit pour la paupière inférieure et le noir pour la paupière supérieure. Le maquillage de l’œil était allongé vers la tempe pour lui donner la forme de l’amande.

 

 

Le parfum le plus ancien appartenait au symbole de la beauté féminine de l’Egypte antique, Cléopâtre, et contenait : canne parfumée, myrrhe, miel, rose et vin. Également, le premier manuel de cosmétologie lui appartenait. Le maquillage et la coiffure de Cléopâtre ont constitué une source d’inspiration au fil du temps. À l’époque, le visage était considéré comme une zone intime et la façon dont il devait être couvert avec le maquillage a été enseignée à l’école.

2. La Rome antique

L’épouse de l’empereur Néron, Poppaea, est connue pour son maquillage le plus complexe, qui était réalisé par une centaine d’esclaves. Même si sa réalisation était si compliquée, c’était un maquillage de tous les jours, porté uniquement en présence du mari.

Les normes élevées imposées, telles que : peau sans imperfections, avec un teint pâle, mais avec des joues rougies ; les cheveux coiffés et les yeux profilés ont conduit les femmes à recourir à l’utilisation des cosmétiques. Ils utilisaient du plomb blanc, de l’huile d’amande, de la suie pour le contour des yeux, des grains de sureau pour la teinture des cheveux et de la levure de vin au lieu du rouge à lèvres.

 

 

Dans certains écrits littéraires, l’utilisation des cosmétiques a souvent été critiquée pour avoir couvert la beauté naturelle. Ovide, cependant, ne présente que le côté positif du maquillage dans ses œuvres. Il a également écrit l’œuvre L’art de l’embellissement, qui contenait des conseils et des recettes pour les femmes.

3.  La Grèce Antique

Le symbole de la beauté chez les Grecs est Aspasia, l’épouse de Périclès. Les femmes avec le visage blanc étaient très appréciées, tout comme celles avec les cheveux clairs. Pour blanchir le visage, les femmes utilisaient le carbonate de plomb et le calcaire. Les cils étaient peignés avec de la suie et fixés avec du blanc d’œuf ou de la cire.

Pour mettre en évidence leurs lèvres, elles utilisaient la peinture obtenue de l’henné rouge, et les yeux étaient profilés avec du charbon. La mode des sourcils unis en un seul était très populaire chez les femmes de la Grèce antique. Les ingrédients utilisés pour l’épilation contenaient de l’arsenic, une substance qui affectait gravement la peau, conduisant souvent à la mort.

 

4. Le Moyen Âge

Étant une période dominée par la foi, le maquillage était considéré comme quelque chose de diabolique. Bien que les femmes doivent conserver leur beauté naturelle, elles continuaient à blanchir leur teint avec de l’extrait de plomb. La couleur blanche du teint faisait la différence entre les classes sociales. Le teint blanc et le gloss rouge étaient à la mode. À l’époque, on portait aussi des faux grains de beauté, faits à l’aide d’allumettes brûlées et des sourcils teints en suie.

 

5. La Renaissance italienne

La renaissance italienne apporte la simplicité et le naturel. Les femmes se maquillent moins, les traits appréciés étant : le visage fin, le teint de porcelaine et les lèvres fines. On renonce aux cheveux bouclés et poudrés au profit des cheveux coiffés le plus naturel possible.

 

6. Le Romantisme

La beauté de la femme de cette époque est donnée par un teint d’albâtre (semblable au marbre blanc), le regard mélancolique, l’aspect fragile et les cheveux noirs. Pour atteindre ces normes, les femmes utilisaient des décoctions de safran ou d’encre bleue, à l’aide de laquelle elles accentuaient leurs cernes. C’est l’époque où les femmes se maquillent le moins, à l’exception des actrices et des prostituées.

 

 

Au XIXe siècle, on commence à obtenir les premiers produits issus de la recherche scientifique. Pour se poudrer le visage, le plomb et le cuivre sont remplacés par l’oxyde de zinc.

7. Le XXe siècle

Dans les années 20, la grande évolution du maquillage se produit, ce qui devient une nécessité pour les femmes du milieu urbain.

Les années 1930-1950 apportent une nouvelle ère de la beauté. Le monde du cinéma, de la télévision et de la musique influence fortement la femme du XXe siècle. Une série de célébrités deviennent des symboles de beauté et inspirent avec leur maquillage et leur look.

Le célèbre contour des yeux de chat d’Audrey Hepburn est imité par les femmes du monde entier !

Dans les années 60 a lieu le mouvement hippie, ce qui apporte plus de liberté, y compris dans l’utilisation du maquillage. Les années 70 sont arrivées avec d’autres changements, le maquillage variant du féminin à l’audacieux et criard.  

 

 

Les années 80 sont représentées par un maquillage éclatant et puissant. Les femmes se concentrent sur les yeux, les joues et les lèvres. On utilise des couleurs crues et des contours accentués. Les années 90 sont caractérisées par un maquillage nude. 

Chaque époque a contribué au perfectionnement des cosmétiques et à la réalisation de différents types de maquillage. Avec leur aide, les femmes mettent en valeur leur beauté ou masquent certaines imperfections.

Je vous recommande également de lire cet article sur ce que signifie fast fashion et comment les grandes marques de vêtements détruisent la planète avec les matériaux utilisés. Vous pouvez trouver l’article ici.

Sources:  

 605 total views,  1 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *